Haut de page
Tu veux prendre rendez-vous !

En mai 2018 : le contrôle technique a changé

Le 20 mai 2018, un nouveau contrôle technique a été appliqué en France. Cette évolution fait suite à l'application d'une directive européenne visant à harmoniser le contrôle technique en Europe.

 

 

 

Pourquoi une nouvelle règlementation ?

L'union européenne s'est donnée pour objectif à l'horizon 2020 de réduire de moitié le nombre de tués sur les routes par rapport à 2010.

 

Quelles conséquences ?

Un contrôle technique plus exigeant, avec un nombre plus élevé de défaillances qui entraineront une contre-visite.

Le nombre de points contrôlés passe de 123 à 133 et le nombre de défaillances de 453 à plus de 600.

 

3 niveaux de défaillances :

 

 

 

L'apparition d'un niveau supérieur de gravité, la défaillance critique impose d'effectuer les réparations le jour même du contrôle pour pouvoir continuer à rouler.

Attention : rouler sans contrôle technique valide expose à une amende de 135€.

 

Cette nouvelle mesure permet de pointer du doigt les éléments du véhicule qui présentent un danger immédiat tel qu'une usure excessive des pneumatiques ou des freins.

 

Prenons un exemple :

 

 

Les feux stop de votre voiture ne fonctionnent plus (défaillance critique) et une fissure sur le pare-brise (défaillance majeure) :

Dès la réparation des feux vous pouvez revenir dans le centre pour lever la défaillance critique et circuler librement avec votre véhicule, en attendant de faire remplacer votre pare-brise dans le délai de 2 mois suivant le contrôle initial.

 

Quels conseils pour éviter la défaillance critique ?

Certains éléments sont faciles à vérifier soi-même. Pour détecter d'éventuelles défaillances critiques, voici quelques exemples des points à contrôler :

 

 

On estime qu'environ 4% des véhicules seront concernés par la défaillance critique. Le meilleur moyen d'éviter la contre-visite reste l'entretien régulier de votre véhicule.