Haut de page
Tu veux prendre rendez-vous !

La contre-visite

POURQUOI UNE CONTRE-VISITE ?

Le contrôle technique est un passage obligé pour tous les automobilistes. L’ensemble des véhicules qui présentent des défauts jugés majeurs lors du contrôle technique ont pour obligation d’effectuer un second contrôle technique : la contre-visite.

En France, en 2016, 18,01 % des véhicules particuliers ont été déclarés non conformes (étude réalisée par l’organisme Central Technique UTAC-OTC).

 

 

 

RAPPEL SUR LA CONTRE VISITE

Suite à la détection d’anomalies justifiant d’un défaut prévu par la réglementation lors du contrôle technique par un contrôleur automobile, vous avez pour obligation d’effectuer les réparations et, pour les défauts jugés majeurs, de vous représenter dans un centre de contrôle technique dans un délai maximum de 2 mois après le premier contrôle.

Lors de la contre-visite, le contrôleur vérifiera essentiellement que les anomalies ayant entrainées les défauts majeurs lors de la visite précédente ont été éliminées. Si ces éléments ne sont pas encore réparés, vous avez pour obligation d’effectuer une seconde contre-visite et ainsi de suite. Si les réparations n’ont pas été effectuées dans le délai de 2 mois, vous devrez effectuer à nouveau un contrôle technique complet.

 

LES ELEMENTS DEFECTUEUX LES PLUS FREQUENTS

Les principaux défauts relevés en 2016 lors d’un contrôle technique de véhicule léger et entrainant une contre-visite sont :

 

Liaison au sol : 9,17 % (usure des pneus, dimension non adaptée)

Eclairage, Signalisation : 8,58 % (mauvais réglage et disfonctionnement des feux)

Freinage : 4,95 % (déséquilibre du freinage, frein de stationnement)

Pollution, Niveau sonore : 3,40 % (teneur en CO excessive, opacité des fumées excessive)

Direction : 2,23 % (dommages importants des articulations de direction)

 

LES DOCUMENTS NÉCESSAIRES POUR LA CONTRE-VISITE

Lors de la contre-visite, le contrôleur technique vérifie que les points défectueux ont bien été réparés et contrôle également l’identification du véhicule. Vous devez donc être muni du certificat d'immatriculation du véhicule et du procès-verbal de la visite technique défavorable, et présenter ces documents au contrôleur.

 

 

Bon à savoir

Attention, si vous dépassez le délai de 2 mois pour soumettre votre véhicule à la contre-visite, vous devrez obligatoirement passer une nouvelle visite technique complète.